T : 09 81 83 13 54

Panier 0 Produit Produits (vide)

Aucun produit

À définir Livraison
0.00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès
Quantité
Total
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits
Frais de port  À définir
Total
Continuer mes achats Commander

BIENVENUE SUR LA BOUTIQUE EN LIGNE specialiste du futsal & du foot5

COUPE NATIONALE: L'INTERVIEW CROISEE - MOHAMMED/TEIXEIRA

Abdessamad et Alexandre, sont deux piliers de leurs clubs respectifs, à savoir le KB United et le Sporting Paris.
Coéquipier en Equipe de France, les deux joueurs sont dans des clubs opposés en Championnat de France Futsal.

Interview croisée des deux numéros 10. 

Abdessamad, on a l’impression que depuis la saison dernière, le KB commence à reprendre le dessus face à l’ogre Parisien. Comment l’expliques-tu ? 

Abdessamad: Je pense que tous les clubs ont des cycles. Le Sporting est peut être arrivé à la fin du sien. De notre coté, notre stratégie a peut être été payante.

Ca fait 4 ans qu’on joue tous ensemble, l’état d’esprit est meilleur, tout comme la cohésion. On est devenu un très bon groupe d’amis, c’est plus que du Futsal. Chacun se connait et sait comment motiver l’autre.

Alexandre, comment vis-tu, de ton coté, l’émergence du KB ? Cela donne un intérêt supplémentaire pour le Championnat de France. 

Alexandre: C’est évident. Depuis 6 saisons, on a vu des clubs qui sont montée en puissance. Entre Paris Métropole ou le KB.
On retrouve une rivalité entre nos deux équipes. Cette saison, ils ont monté un bel effectif, plus important en nombre. De notre coté, on a eu quelques soucis et on a donc été obligé de réduire l’effectif, c’est surement ce qui a fait la différence. 

Quel genre de soucis?

Alexandre: Le fait de partir au Kazakhstan a couté beaucoup d’argent. Nous avions un groupe de 10 à 15 joueurs de haut niveau.  Cette saison, notre effectif est réduit mais très qualitatif. 

Vous avez été partenaire en Equipe de France, quelles sont les qualités de votre adversaire d’un soir? 

Abdessamad : C’est un joueur d’expérience, il est dans le futsal depuis très longtemps. C’est un habitué des gros matchs. Techniquement il est très fort des deux pieds, comme en un contre un. Même si il joue un peu plus reculé aujourd’hui, il marque toujours autant de but. C’est un joueur que l’on doit toujours surveiller. 

Alexandre:  Il a un bon pied gauche, et c’est un bon finisseur. Il a eu une énorme progression tactiquement. Il a cette motivation pour réussir et une très bonne mentalité. C’est un garçon toujours positif.

Vous êtes les deux numéros 10 de vos clubs, deux joueurs majeurs également du groupe. Quelle influence avez-vous au sein de votre équipe ? 

Abdessamad : Je ne suis pas le « gueulard » de l’équipe (rire). Je suis celui qui encourage, qui transmets de l’énergie positive. J’apporte dans le jeu et marque beaucoup de buts. J’ai la chance de faire une très belle saison en étant décisif. Je reste également irréprochable dans l’état d’esprit et essaye de tirer le groupe vers le haut. 

Alexandre: Je dois tout faire (rire). Plus sérieusement, grâce à cet effectif réduit, les messages passent peut être plus rapidement. Je suis un des plus vieux au club (il est au club depuis 2007), j’essaye donc de mettre les jeunes dans de bonnes conditions et d’être décisif dans les moments clés. J’essaye de montrer l’exemple sur le terrain et en dehors. 

Revenons maintenant au Classico. Vous en avez joué plusieurs tous les deux. Ce sont vraiment des matchs différents ?

Abdessamad : J’en ai raté plusieurs, toujours suspendu ou blessé (rire). Je n’ai joué que la demi finale la saison dernière et ça reste un très bon souvenir (Le KB avait été gagné à Paris sur le score de 7-4 lors des  demi-finales des Play-offs). Ca reste un match particulier, un match de Coupe, donc on aura pas de deuxième chance. On prépare le match comme il se doit, et on va tout faire pour le remporter. 

Alexandre : Oui, on joue ces matchs comme des finales. Ca reste des matchs différents, avec une atmosphère différente, comme dans chaque derby. Bien que cela ne soit pas l’objectif  premier du club, on va jouer à fond et pour gagner. On a des suspendus et des blessés, ça va être dur mais on va jouer avec nos armes pour tout gagner cette saison.

Lequel a été le plus marquant pour vous ?

Abdessamad : Facile! (rire), la demi finale des play-offs, je n’ai joué que celle-ci. De toute façon, même si j’en avais joué d’autres, ça aurait été ce match. Ca faisait des années qu’on avait du mal a les battre. Gagner chez eux alors qu’ils survolaient le championnat était quelque chose  d’incroyable. On avait un état d’esprit exceptionnel et ça nous a permis de gagner.

Alexandre : Je me souviens du match de Coupe Nationale il y a 3 ans, on les avait joué en finale (Le Sporting avait soulevé la Coupe après avoir été mené 2-0). Ca reste un très bon souvenir, on avait un effectif plus réduit qu’eux, et on avait réussi à renverser la tendance.

En 2009, par contre, c’était un mauvais moment parce que nous avions perdu la finale au pénalty.  Ce fut lors de la 1ère finale du championnat de France. On était 9ème au championnat, on réussi une grosse remontée au classement. Le fait d’arriver en finale était incroyable, et perdre au pénalty a été très dur.

Abdessamad Mohammed

On sait l’ambiance impressionnante dans la salle du KB.
Abdessamad, comment vis-tu ce soutien particulier pour un club de D1 Futsal ?
Abdessamad: C’est un sentiment étrange. Tu te sens encore plus fort que d’habitude. Ca t’apporte un gros soutien moral. Même si on prend un but ou que l’on est mené, le public nous pousse et on sait que l’on va revenir.  C’est devenu un soutien indispensable. Quand ils ne sont pas là, ça se ressent.

Alexandre, les réceptions pour toi sont assez difficiles ?
Alexandre: C’est toujours comme ça dans le sport de haut niveau. On est l’équipe la plus titrée de France. Je suis capitaine du Sporting mais j’ai l’habitude. Si je suis reçu comme ça c’est peut être que je suis pas mal sur le terrain (rire).

La coupe reste un objectif majeur dans votre saison, bien que l’affiche de samedi ait un air de finale. Peut-on dire que le vainqueur aura quasiment acquis la Coupe Nationale ?

Abdessamad : Je ne pense pas. Si on gagne, on va croire que c’est fait. Mais pas du tout. Il n’y aura pas de risque de relâchement. Samedi ça ne sera qu’une étape et il restera 2 matchs à gagner. Les équipes à ce stade de la compétition ont toutes le même objectif. 

Alexandre : Non, il faut respecter tout le monde. Ils restent quelques bonnes équipes. L’année dernière on a joué la finale contre Garges et ils nous ont posé énormément de difficultés. Ce n’est jamais gagné d’avance.

Celui qui gagne ce match sera cependant le favori pour la victoire finale, mais dans le sport on est jamais sur de rien. 

Alexandre Teixeira Futsal

Publié dans Futsal-Store : Interviews et Zoom sur le Futsal Toute l'actualite de la coupe nationale Futsal par Futsal-Store  

12-04-2016

Votre commentaire a été envoyé avec succès. Merci pour commentaire!